Partagez sur Facebook
Partagez sur X
Partagez sur Google+
Partagez sur LinkedIn
Partagez sur Pinterest
écrivez-moi
Menu

  CorpsHumain.ca

  English version
Google CorpsHumain.ca   

L'ouïe

Generalités.
L'oreille externe.
L'oreille moyenne.
L'oreille interne.
Liens.






Generalités.

     L'ouïe est le sens qui permet d'interpréter les sons, la capacité de percevoir ces sons. À ne pas confondre avec l'audition qui est la quantification et la qualification de cette perception. Le son est une vibration mécanique qui se propage dans la matière (le son ne se propage pas dans le vide). L'ouïe de l'homme lui permet de percevoir des vibrations de 16 Hz (les sons graves de basses fréquences) jusqu'à 16,000 Hz (les sons aigus se haute fréquences). Et ceci est dans le meilleur des cas. Il faut une certaine intensité aux sons, surtout ceux de très basses ou de très hautes fréquences, pour être perçus. Aussi, s'ils sont trop intenses, ces sons peuvent devenir douloureux et même créer de sérieux dommages à notre appareil auditif. Les fréquences les mieux percues par l'oreille humaine sont celles aux allentours de 1-3 kHz. Curieusement, cette plage de fréquence correspond et même surpasse les plages les plus aigues de la parole ou des même des chants humains les plus aigues. Cependant, il est vrai que losqu'on se parle on n'est pas loin de l'autre et qu'on a pas besoin d'une grande sensibilité à ces sons.


     Pour être perçu, ces vibrations sonores doivent, d'une façon ou une autre, atteindre notre cerveau qui pourra alors les interpréter. Bien que ces vibrations peuvent se transmettre au travers de la boîte crânienne, leur transmission n'est pas très efficace. C'est notre système auditif qui est spécialisé pour une transmission optimale de ces vibrations. Cet appareil auditif est constitué de l'oreille externe, l'oreille moyenne, l'oreille interne et les voies centrales jusqu'aux différents cortex qui interprétera ces données auditives.


     Au niveau de l'oreille externe, les sons s'engouffrent dans le pavillon de l'oreille où ils sont légèrement amplifiés. Ces vibrations voyagent ensuite le long du conduit auditif, jusqu'au tympan. Le tympan agit un peu comme une peau de tambour, c'est une membrane qui se met à vibrer à son tour. Puis, de l'autre coté du tympan, dans l'oreille moyenne, les vibrations sont transmises par trois petits osselets qu'on nomment le marteau, l'enclume et l'étrier. Le dernier de ces os, l'étrier, s'appuie sur une membrane (la fenêtre ovale) de la cochlée (ou organe de Corti), un petit organe de l'oreille interne en forme de colimaçon. Finalement, les vibrations dans la cochlée vont faire vibrer de petits cils qui transduiront ces vibrations en signaux électriques qui se propageront le long du nerf auditif jusqu'aux différentes régions du cerveau où ils seront interprétées.



Un vidéo sur l'ouïe.
Vue générale du système auditif
Vue générale du système auditif.

L'oreille externe.

     L'oreille externe comprend le pavillon de l'oreille, la partie que nous voyons de l'extérieur, et le conduit auditif. Pour des détails sur les différentes partie du pavillon de l'oreille, je vous invite à consulter ma page sur la vue externe de la tête et du cou.


     Ce pavillon de l'oreille est une organe cartilagineux. C'est-à-dire qu'il est fait de cartilage, comme certain disent, comme le croquant de poulet. Puis, à l'intérieur, il y a aussi certains muscles qui permetteraient des mouvement du pavillon (voir les figures ci bas). Chez l'homme cependant, cette capacité de mouvement est pratiquement inexistante. Ces muscles sont surtout un vestige qui nous viennent des animaux, qui eux peuvent plus facilement diriger leurs pavillons d'oreille pour mieux identifier la localisation d'un son. Chez l'homme, c'est la forme du pavillon qui permet une certain localisation des sons, surtout dans le sens vertical. Finalement, le pavillon permet une certaine amplification, de 5 à 20 décibels, des fréquences moyenne de l'audition.


Vue antérieur du pavillon de l'oreille et ses muscles
Vue antérieur du pavillon de l'oreille et ses muscles.
Vue postérieur du pavillon de l'oreille et ses muscles
Vue postérieur du pavillon de l'oreille et ses muscles.

L'oreille moyenne.

     Au bout du conduit auditif externe, il y a le tympan cette membranne fibreuse qui vibre, comme une peau de tambour, lorsque les ondes sonores l'atteignent. Derrière ce tympan, dans une cavité osseuse à l'abri du monde extérieur, il y a les osselets. Dabord le marteau avec son manche qui est soudé derrière le tympan. Ce dernier s'appuie sur l'enclume qui à son tour s'appuie sur l'étier. Ces marteau, enclume et étrier sont rattachés entre-eux par différents muscles et ligaments permettant une certaine atténuation des sons de trop forte amplitude. Finalement, la cavité osseuse de l'oreille moyenne est relié au rhinopharynx à l'arrière du nez via le tube auditif (anciennement appelé trompe d'Eustache ou trompe auditive). Ce tube auditif permet d'équilibrer la pression entre l'oreille externe et l'oreille moyenne.


Vue latérale du tympan
Vue latérale du tympan.
Vue latérale du tympan et des osselets
Vue latérale du tympan et des osselets.
Les osselets de l'oreille moyenne
Les osselets de l'oreille moyenne.

L'oreille interne.

     L'oreille interne est situé dans la boîte crânienne. Il est costitué de deux parties: l'organe vestibulaire qui est responsable de l'équilibre, et la cochlée (ressemblant à une coquille d'escargot) qui est responsable de la perception des sons. Pour l'instant je discuterai seulement de la transmission des informations sonores.


     Donc, la cochlée, qu'on appelait anciennement le limaçon, est une spirale creuse qui fait deux tours et demi. En son centre, la cavité se nomme la columelle, puis le premier tour se nomme la base et le second, le tour apical. L'inérieur de la cochlée est séparé par de fines membrannes en trois cavités ou conduits: la rampe vestibulaire, la rampe tympanique et le conduit cochléaire.


Shéma de la propagation du son au travers de l'oreille moyenne et l'oreille interne
Shéma de la propagation du son au travers de
l'oreille moyenne et l'oreille interne.

     Si nous déroulons la cochlée, comme sur la figure ci-contre, vous noterez qu'elle est large en son début et qu'elle s'amincie jusqu'à sa pointe qu'on nomme l'hélicotréma. Comme nous l'avons vue plus tôt, l'étrier s'appuie sur la fenêtre ovale située à l'entrée de la rampe vestibulaire. Les vibrations sonores se propagent le long de la rampe vestibulaire et revienent par la rampe tympanique et s'estomper au niveau de la fenêtre ronde. La cochlé est remplie de liquide et, au niveau de l'hélicotréma, il y a communication entre les rampes vestibulaire et tympanique. Puis, entre ces deux rampes, il y a une cavitée fermée qu'on nomme le conduit cochléaire. Et, c'est dans ce conduit qu'on retrouve l'organe de Corti où il y a des cils qui vibrent à cause des ondes sonores, et qui tranforment ces vibrations en signal électrique que le cerveau pourra interpréter.


     Comme la cochlée est large en son début et très fine à sa pointe, les ondes sonores ne voyagent pas toute la même distance. Les hautes fréquences sont perçues au début de la cochlée alors que les basses fréquences sont perçues à la pointe de celui-ci.


Position dans la cochlée où le ondes sonores sont transduites
Position dans la cochlée où le ondes sonores sont transduites.

     Voici quelques planches anatomiques au sujet de l'oreille interne. Notez que la terminologie n'a été vérifiée qu'aux meilleurs conaîssances de l'auteur. Certains termes, plus pointus, demandent peut-être clarification; svp m'en avertir.


L'oreille interne
L'oreille interne.
L'oreille interne, échancrée
L'oreille interne, échancrée.
Coupe de la cochée osseuse
Coupe de la cochée osseuse.
Coupe de la cochée
Coupe de la cochée.
Position de la cochlée dans le crâne
Position de la cochlée dans le crâne.

Liens.

Excellent site sur l'oreille et son fonctionnement: https://www.bksv.com/fr/knowledge/blog/sound/anatomy-of-the-ear

^ Haut de la page.  TEXTE© 2000 - 2024 ... René St-Jacques