Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Google+
Partagez sur LinkedIn
Partagez sur Pinterest
Écrivez-moi
Accueil CorpsHumain.ca
English version
Google CorpsHumain.ca
Page précédente

Page suivante
      

La Moelle Spinale

bullet Anatomie
bullet Les coupes



Espace à louer ↓

Anatomie.

    La moelle spinale, anciennement appelée la moelle épinière, est le prolongement du cerveau, ou de l'encéphale, vers le reste du corps. C'est une partie importante du système nerveux central. Le système nerveux périphérique, quant à lui, est constitué des nerfs périphériques qui émergent principalement de la moelle spinale; et dix des douze nerfs crâniens émergent de la boîte crânienne et font également partie du système nerveux périphérique. La moelle spinale est contenue et protégée dans la colonne vertébrale. Elle est la principale porte d'entrée des fibres nerveuses qui apportent l'information sensorielle du toucher, ou les sensations somatiques, vers le cerveau, et c'est la porte de sortie des fibres motrices qui contrôlent la plupart des muscles de notre corps. Puis, elle est également le siège de nos réflexes périphériques, comme celui qui nous fait retirer notre main d'une source de chaleur lorsqu'on se brûle, avant même que notre cerveau perçoive la chaleur, et la douleur.



Anatomie générale de la moelle spinale
Anatomie générale de la moelle spinale.

    Au total, il y a 31 paires de nerfs spinaux qui émergent de la moelle spinale. Entre le crâne et la première vertèbre cervicale, il y a la première paire de nerfs spinaux cervicaux. Puis, sous chacune des sept vertèbres cervicales (C1-C7), il y a les autres paires de nerfs spinaux cervicaux, pour un total de huit paires. Sous les douze vertèbres thoraciques (T1-T12), il y a les douze paires de nerfs spinaux thoraciques. Sous les cinq vertèbres lombaires (L1-L5) émergent les cinq paires de nerfs spinaux lombaires. Sous les cinq vertèbres sacrées (ou sacrales) (S1-S5), il y a les cinq paires de nerfs spinaux sacraux. Enfin, au niveau du coccyx émerge une paire de nerfs spinaux coccygiens.

    Comme l'encéphale, la moelle spinale est recouverte des méninges. Entre les vertèbres et la dure-mère, il y a l'espace épidural qui est rempli de graisse et forme un coussinet qui protège la moelle spinale. Puis, l'espace entre l'arachnoïde et la pie-mère est l'espace subarachnoïdien, ou intrathécal, qui contient le liquide cérébrospinal, ou liquide céphalorachidien. La moelle spinale proprement dite se termine au début des segments lombaires (L1-L2) et, à ce niveau, elle se divise en plusieurs faisceaux nerveux qu'on nomme la queue de cheval. Cette queue de cheval est encore entourée des méninges et baigne dans beaucoup de liquide cérébrospinal. C'est dans l'espace lombaire (L3-L5) que se font généralement les prélèvements intrathécaux de ce liquide, de même les injections épidurales d'agents anesthésiants.

    Le long de la moelle spinale, on peut noter deux renflements: un renflement cervical d'où émergent les nerfs qui innervent les membres supérieures, et un renflement lombaire pour les nerfs qui innervent les membres inférieures.


    Les figures ci-dessous, montrent les branches spécifiques prenant origine des différents niveaux de la moelle spinale. On les regroupe en plexus cervical, brachial, lombaire et sacré.


Nerfs cervicaux et thoraciques
Schéma des branches cervicales et thoraciques.

Nerfs lombaires et sacrés
Schéma des branches lombaires et sacrées.

    Ces figures ne montrent pas le système nerveux autonome, les nerfs qui contrôlent les fonctions végétatives telles la pression artérielle et la digestion. Le système autonome se divise en deux parties. Il y a le système sympathique qui est surtout activé dans des conditions de stress, et qui contribue à augmenter la pression artérielle et le rythme cardiaque. Puis il y a le système parasympathique qui ralentit le rythme cardiaque et augmente la digestion.


Les coupes.

    Lorsqu'on observe la moelle spinale sur des coupes, on peut noter une organisation similaire presque tout le long de celle-ci. Au centre, quelque peu en forme de papillon, il y a la matière grise. Pointant vers le dos, on note les cornes dorsales (ou postérieures) qui contiennent principalement des interneurones qui reçoivent et transmettent l'information sensorielle viscérale et somatique.

    Bien qu'elles comportent également plusieurs interneurones, les cornes ventrales (ou antérieures), quant à elles, renferment principalement les corps cellulaires des neurones moteurs qui innervent les muscles somatiques. Au niveau des renflements cervical et lombaire, il y a plus de matière grise, plus de neurones moteurs, pour innerver respectivement les membres supérieurs et inférieurs. Puis, au niveau thoracique et lombaire supérieur, il y a des cornes latérales qui contiennent les motoneurones contrôlant les muscles viscéraux.

    De chaque côté de la moelle spinale et à chacun des 31 segments, les corps cellulaires des neurones qui acheminent l'information sensorielle vers les cornes dorsales sont localisés dans un renflement de la racine dorsale appelé ganglion spinal. Ventralement, les motoneurones qui sortent de la moelle spinale forment la racine ventrale. Puis, les racines dorsale et ventrale fusionnent pour former les nerfs spinaux, ou nerfs rachidiens.


Substance grise dans une coupe de la moelle spinale
Substance grise dans une coupe de la moelle spinale.

    Autour de la substance grise, il y a la substance blanche qui est constituée de long faisceau de fibres nerveuses qui montent et descendent du cerveau. Puis, il y a aussi certaines fibres, dites commissurales, qui traversent la moelle spinale d'un côté à l'autre. La description détaillée de ces faisceaux de fibres est assez complexe, mais il existe tout de même certaines caractéristiques générales.


Substance blanche dans une coupe de la moelle spinale
Substance blanche dans une coupe de la moelle spinale.
   
     
Haut de la page.     TEXTE© 2000-2015 René St-Jacques