Partagez sur Facebook
Partagez sur Twitter
Partagez sur Google+
Partagez sur LinkedIn
Partagez sur Pinterest
Écrivez-moi
Accueil CorpsHumain.ca
English version
Google CorpsHumain.ca
Page précédente

Page suivante
      

La Bouche

bullet

La bouche.

bullet

Les dents.

bullet

La langue.

bullet

Les glandes salivaires.




Espace à louer ↓


Découvrez notre
clinique dentaire à Laval.

Dentiste à Alma
Votre dentiste à Alma
et Roberval
depuis bientôt 20 ans.

La bouche.

    La bouche constitue la porte d'entrée de notre corps pour tout ce que nous consommons de liquide ou de solide. Bien sûr, l'air aussi peut circuler par la bouche ce qui peut l'impliquer dans la respiration. Mais, c'est principalement le nez qui devrait être impliqué dans la respiration. Nous nous servons également de notre bouche pour parler ou émettre des sons (la vocalisation), mais cette fonction aussi relève principalement du système respiratoire. Donc, dans cette section-ci, nous discuterons uniquement de la bouche dans son rapport avec les fonctions du système digestif.



Vue de l'intérieur de la bouche
Vue de l'intérieur de la bouche.

 

    D'abord et avant tout, la bouche est impliquée dans la mastication. Le mouvement rythmique d'ouverture et de fermeture de la bouche (mastication) sert à broyer les aliments. La mastication résulte du mouvement de la mâchoire inférieure (mandibule) sur la mâchoire supérieure. En effet, il n'y a que la mâchoire inférieure qui soit mobile, la mâchoire supérieure est soudée au crâne.

     Un des principaux muscles qui assure la mobilité de la mandibule est le muscle masséter. Cette articulation est très puissante. Elle peut générer jusqu'à 25 kg de compression au niveau des dents d'en avant et jusqu'à 85 kg au niveau des dents arrière. Si cette force est appliquée sur une très petite surface comme une graine, cela peut représenter une pression équivalant à plusieurs milliers de "livres par pouce carré (psi)" (ou des dizaines de milliers de kPa, je crois).


Les dents.

     La mastication sert à couper la nourriture en petits morceaux. Cela est particulièrement important pour les substances difficiles à digérer comme les membranes de cellulose des végétaux. La digestion se fait par le contact des enzymes digestifs avec les substances nutritives. Alors, plus les particules seront petites plus elles seront faciles à digérer.


Dentition supérieure (dents d'en haut) de l'adulte et de l'enfant
Dentition supérieure de l'adulte et de l'enfant.

     C'est le travail des dents que de couper et déchiqueter la nourriture. Les incisives servent surtout à couper les aliments, particulièrement les légumes. Les canines servent à déchirer les membranes coriaces qui se trouvent dans et autour des muscles de la viande. Enfin, les molaires servent à broyer la nourriture.

     La figure sur la gauche montre la dentition supérieure (d'en haut) de la bouche d'un enfant et de la bouche d'un adulte. La figure ci-dessous montre la dentition inférieure (d'en bas) d'un adulte.


Dentition inférieure (dents d'en bas) de l'adulte
Dentition inférieure.

     Les dents d'adulte (permanente) sont déjà présentes dans le crâne de l'enfant. Ils bourgeonneront dès que les dents d'enfants (déciduales) tomberont et que la mâchoire grandira pour leur faire de la place.

Vue frontale du crâne d'enfant     Vue latérale du crâne d'enfant
Vue frontale et latérale du squelette facial d'un enfant de 5 ans.

Schéma de la coupe d'une dent
Coupe d'une dent.

 

     Le corps dent est formé de dentine qui est essentiellement un tissu conjonctif calcifié. En surface (couronne), la dentine est recouverte d'une couche très dure d'épithélium calcifié qui constitue l'émail de la dent. En profondeur (racine), la dentine s'ancre profondément dans la gencive et l'os de la mâchoire. La racine, quant à elle, est recouverte d'un autre tissu conjonctif calcifié (le cément) qui s'attache à l'alvéole osseux par les ligaments alvéolo-dentaires (desmodonte) et assure ainsi l'adhésion de la dent à la mâchoire.

 

     À l'intérieur de la dent se trouve la pulpe qui se prolonge en canal de la racine. C'est par là qu'entrent de petits vaisseaux sanguins et fibres nerveuses. Ceci sert à alimenter les cellules (odontoblastes) qui tapissent l'intérieur de la dent et sécrète la dentine.


La langue.

     Pour le système digestif, la langue a surtout pour fonction d'assurer le brassage des aliments lors de la mastication. La langue a également une très grande importance pour goûter. Mais, le fonctionnement du sens gustatif sera surtout discuté avec le système nerveux. Aussi, la langue aide au contrôle de voies aériennes du système respiratoire et à la vocalisation.


Coupe de la cavité orale, buccale
Vue en coupe de la cavité orale.

Le goût et les papilles gustatives
Goût et innervation.

Les papilles gustatives, vues en coupe
Coupes des papilles gustatives.

 

     La langue est formée d'un amas de fibres musculaires striées. Au cours de la mastication, la langue replace constamment la nourriture entre les dents et le mélange à la salive. Cette masse de hachis de nourriture et de salive se nomme le bol alimentaire qui sera ensuite dégluti (avalé). L'agencement, dans toutes les directions (tous les axes), des fibres musculaires de la langue permettent à celle-ci de modifier sa forme, la rendant plus épaisse, plus mince, plus longue ou plus courte. Par contre, les fibres musculaires qui relient la langue à la base du crâne servent à modifier la position de la langue (soit la rentrer, la sortir ou la déplacer latéralement). La langue est divisée en deux par un tissu conjonctif, le septum lingual.

 

     La face supérieure de la langue est recouverte de papilles, de petites protubérances cutanées dont certaines renferment les terminaisons nerveuses du sens du goût. Il y a principalement trois types de papilles : 1) les papilles filiformes (effilées) sont les plus nombreuses. Elles sont faites de kératine et rendent la langue rugueuse ce qui aide à mieux broyer les aliments. 2) Les papilles fongiformes (en forme de champignon) se retrouvent clairsemées sur la surface de la langue. En leur centre, il y a le bourgeon gustatif avec sa vascularisation et son innervation. 3) Puis, tout au fond de la langue, il y a une série d'une douzaine de papilles dites caliciformes ayant aussi un rôle gustatif.

 


Les glandes salivaires.

     Comme le nom le dit, les glandes salivaires servent à produire et sécréter la salive. Répartie un peu partout sur les muqueuses buccales, il y a de petites glandes (orales) dites intrinsèques. Mais, c'est surtout les trois paires de glandes extrinsèques, situées à l'extérieur de la bouche, qui sécrètent, par de petits canaux, la majeure partie de la salive.


Glande parotide Glande sous-mandibulaire Glande sous-linguale Les glandes salivaires Les glandes salivaires
Vue latérale et inférieure de la mandibule.

 

     Il y a les glandes parotides situées devant les oreilles de chaque côté de la tête. Ces glandes, qui ont leurs conduits se déversant au niveau des 1° ou 2° molaires, fournissent la majeure partie de la salive. Situées sous la mandibule, rattachées à la base de la langue, il y a les glandes sous-maxillaires qui ont leurs conduits qui se déversent près du frein de la langue (vers l'arrière de la langue). Finalement, il y a les glandes sublinguales qui sécrètent la salive sous la langue.

 

     Bien que la salive ne soit pas essentielle à la digestion, elle exerce une multitude de fonctions. La salive est surtout constituée d'eau (99.5 %). Cette eau permet de dissoudre les molécules qui stimulent les papilles gustatives. L'eau facilite aussi la phonation, car il est difficile de parler quand on a la bouche sèche. L'écoulement continuel de la salive permet d'éliminer les "miettes alimentaires" et les cellules mortes. La salive sert aussi à neutraliser l'acidité qui peut se produire dans la bouche. Mais, la salive sert principalement trois autres fonctions. Elle contient une enzyme, l'amylase, qui amorce la digestion des glucides (sucres). La salive contient aussi un mucus qui facilite l'avalage en lubrifiant la nourriture. Enfin, la salive aide au système immunitaire, car elle contient une autre enzyme, le lysozyme, qui peut détruire certains germes et bactéries.

   
   
     
Haut de la page.  TEXTE© 2000-2017 René St-Jacques